rechercher

Fort de compétences de haut-niveau en matière de gestion des risques et de planification de la continuité des activités industrielles, Carmelo Dimauro a travaillé pendant plusieurs années à la Commission européenne. Il y a acquis une solide expérience étendue en matière de soutien à l’élaboration des politiques, en particulier dans le domaine des processus décisionnels fondés sur les risques et de la planification de la gestion des urgences.

Au cœur de la Luxembourg House of Cybersecurity (LHC), l’agence nationale qui vise à améliorer la cyber-résilience au Luxembourg et à développer l’innovation, les compétences, la collaboration et le renforcement des capacités en matière de cybersécurité, il est plus spécifiquement responsable de la gestion d’un observatoire des cyber-risques au sein du Centre de compétence national pour la cybersécurité (NC3).

Il y développe des approches et des méthodes innovantes pour exploiter les données et les informations afin de soutenir les activités de recherche et d’innovation liées à l’écosystème luxembourgeois.

Au sein du consortium L-DIH, géré par Luxinnovation, la LHC joue un rôle-clé en tant qu’interlocuteur exclusif pour toutes les questions relatives à la cybersécurité.

M. Dimauro, vous avez assisté aux deux dernières éditions du FIC. Qu’en retenez-vous ?

«J’ai été surpris, cette année, par la présence plus importante d’acteurs produisant des équipements d’automatisation industrielle : des machines, dispositifs ou systèmes utilisés dans la fabrication et les processus industriels pour automatiser les tâches et optimiser l’efficacité.

On trouvait ainsi des automates programmables, des systèmes robotiques, des interfaces homme-machine, des capteurs et d’autres systèmes de contrôle.

Outre les fabricants de ces équipements, des sociétés d’ingénierie opérant en tant qu’intégrateurs de systèmes étaient également présentes, capables d’offrir des solutions d’automatisation d’une part, mais aussi de les doter des meilleures solutions de protection vis-à-vis des risques de piratage cyber.

Tout cela montre que l’automatisation des industries manufacturières ne se fera pas sans cybersécurité.

Voyez-vous un alignement entre les solutions émergentes et les besoins des entreprises manufacturières, en particulier les PME?

«Sur la base de ce que j’ai vu au FIC, je ne peux pas dire s’il y a un grand alignement entre les solutions émergentes et les besoins des entreprises manufacturières. Ce que l’on peut percevoir, en revanche, c’est une plus grande présence de fabricants et de vendeurs d’OT (Operational Technologies) et d’IoT dédiés aux solutions d’automatisation de la production.

À mon avis, c’est un signal important de l’importance de la cybersécurité pour l’industrie manufacturière également. L’adoption croissante de l’automatisation et de la numérisation dans les processus de fabrication a conduit à un besoin croissant de mesures de cybersécurité robustes pour protéger les données sensibles, la propriété intellectuelle et les infrastructures critiques. Je pense que c’est la raison pour laquelle l’industrie de l’automatisation est ainsi présente au FIC.

Que pourriez-vous dire aux PME que le sujet effraient et qui estiment qu’elles n’ont pas accès aux solutions de cybersécurité actuelles?

«La première chose est qu’il existe des solutions pour tout type d’acteurs!

L’avenir impliquera de plus en plus la génération et l’exploitation d’informations partagées et la définition d’activités et de services automatisés.

Je pense que nous ne devons pas craindre l’avenir, mais que nous devons l’anticiper afin d’être prêts à relever les nouveaux défis qu’il nous réserve. L’évolution humaine a toujours été caractérisée par de nouveaux risques technologiques.

En même temps, l’être humain est également capable de trouver des solutions pour les prévenir, tout en tirant profit du progrès technologique.

À la LHC, que ce soit directement ou au-travers des contacts établis via le L-DIH, nous sommes à l’écoute des besoins spécifiques des PME et nous sommes en mesure de leur apporter du conseil et de solutions personnalisées.»

Lire plus

Les atouts de la chaleur fatale.

29-02-2024

Un séminaire organisé fin mars par Luxinnovation sur la thématique de la chaleur fatale et de son utilisation, permettra de mieux comprendre les énormes gains possibles en termes d'efficacité énergétique et de rentabilité
Lire plus

European Digital HealthTech Conference 2024 J -75!

29-02-2024

Inscrivez-vous à une conférence unique explorant les défis de la mise sur le marché des technologies de la santé et leurs solutions du 14 au 15 mai 2024 au Luxembourg. Un appel à speakers est également ouvert jusqu'au 16 avril.
Lire plus

Mission officielle en Belgique

28-02-2024

La mission en Belgique aura lieu du 16 au 18 avril 2024. Au programme : séminaires sectoriels et réunions B2B, opportunités de réseautage et bien plus encore. Inscrivez-vous avant le 15 mars.
Lire plus

Étude des capacités de recherche sur la transition énergétique au Luxembourg

22-02-2024

Une analyse récente de Luxinnovation offre un aperçu des capacités des organisations de recherche publiques du Luxembourg liées à la transition énergétique.
Lire plus

Lex Delles: «Luxinnovation, un partenaire-clé»

31-01-2024

Le nouveau ministre de l’Économie, des PME, de l’Énergie et du Tourisme a pour priorité de renforcer l’économie luxembourgeoise. Cela passera par une collaboration toujours plus étroite avec l’agence nationale d’innovation. 
Lire plus

Toutes les news

Fermer