rechercher

Le groupe Charles Kieffer (CK) a achevé le programme Fit 4 Sustainability en juin 2023. Créée en 1946, la société est spécialisée dans les solutions bureautiques (photocopie, scanning, archivage solutions digitales) pour optimiser les processus de travail. Si la branche photocopie demeure essentielle dans l’activité de la société, elle s’oriente de plus en plus vers des produits digitaux.

Selon Laure Elsen, administrateur général, le groupe continuera à donner la priorité aux mesures durables dans les domaines de la mobilité, de l’infrastructure, des opérations et de l’efficacité énergétique.

Mme Elsen, pourquoi CK Office technologies a-t-elle décidé de participer au programme Fit 4 Sustainability?

CK Group team that worked on the carbon assessment

La durabilité fait partie de notre stratégie et de notre vision d’entreprise familiale. Au vu de ce qui se passe dans le monde, il est clair que nous devons trouver des moyens de rendre nos activités plus durables en termes de RSE et d’évaluation de l’ensemble de nos processus. Nous sommes conscients que nous ne pourrons pas tout régler en même temps.

Nous observons une augmentation significative des grands appels d’offres qui exigent que nous nous positionnions et démontrions nos efforts en matière de RSE.

Nous ne savions pas par où commencer, nous nous sommes donc adressés à la société de conseil Deveco qui nous a aidés à déterminer comment démarrer et qui nous a également recommandé de participer au programme Fit 4 Sustainability.

Il est également important de prendre en compte la demande du marché : Nous observons une augmentation significative des grands appels d’offres qui exigent que nous nous positionnions et démontrions nos efforts en matière de RSE.

Quels aspects de votre activité cherchez-vous à rendre plus durables?

D’une part, nous offrons des solutions, mais nous sommes également très actifs dans le domaine de la vente ou la location de matériel.

Je ne peux pas nier que ce matériel arrive souvent d’Asie et qu’il nécessite beaucoup de transport et d’emballage, nous sommes donc, compte tenu de nos activités, très dépendants de nos fournisseurs.

Nous travaillons avec de grandes marques qui, à leur tour, font tout ce qui est en leur pouvoir pour rester alignées. Elles ont une stratégie de durabilité à l’horizon 2030, nous comptons donc sur elles pour nous suivre.

La durabilité fait partie de notre stratégie et de notre vision.

En revanche, ce que nous pouvons faire, notamment au Luxembourg, c’est évaluer tout ce qui concerne le transport de nos équipements et, surtout, de nos employés et le bâtiment que nous occupons. Nous pourrions également explorer tout ce qui est lié à l’énergie, au chauffage, à la climatisation, etc.

Nous pourrions éventuellement envisager de changer de fournisseur, car certains sont plus respectueux de l’environnement que d’autres. Nous avons développé une dynamique au sein de l’entreprise qui nous a permis de former un groupe de travail, favorisant ainsi l’émergence d’idées venant de l’intérieur de notre société et c’est une dynamique fantastique.

Quelle a été votre expérience pendant les six mois où vous avez travaillé avec le consultant?

Nous avons eu une excellente expérience avec Deveco et je pense qu’il aurait été difficile de s’en passer, notamment en raison de notre statut d’entreprise de taille moyenne. Lorsque vous êtes une grande entreprise, vous pouvez affecter quelques personnes spécifiquement à cette tâche, mais lorsque vous devez simultanément mener une étude d’impact environnemental tout en accomplissant votre travail,  il est difficile de trouver le temps nécessaire. Avec un consultant, il est plus facile de progresser.

La coopération a été excellente et a permis d’obtenir des pistes et des recommandations très utiles.

Il a travaillé avec différents groupes d’employés impliqués dans différents domaines tels que le transport, les ressources humaines, les installations, etc… En collaboration avec nos employés, Il a rassemblé les chiffres nécessaires pour estimer notre bilan carbone, ce qui était plutôt complexe, étant donné que nous travaillons en grande partie à l’étranger.

Cependant, la coopération a été excellente et a permis d’obtenir des pistes et des recommandations très utiles.

Qu’est-il sorti de cette analyse?

Il y a plusieurs sujets sur lesquels nous travaillons et c’est maintenant à nous de les traiter individuellement. Une fois que nous aurons déterminé ce que nous voulons explorer plus en profondeur, nous pourrons demander l’aide d’un consultant.

L’objectif est maintenant d’établir une liste de priorités en fonction des domaines dans lesquels nous pouvons obtenir les résultats les plus significatifs le plus rapidement possible, mais aussi en tenant compte du budget, car tout ce qui concerne l’énergie ou l’infrastructure, par exemple, nécessite des investissements importants.

Bien que cela puisse sembler être de petites actions, je pense qu’elles nous aideront à faire de grands progrès.

Les nombreuses opérations de service après-vente avec une équipe chargée de l’entretien de nos machines régulièrement sur les routes, le transport de notre personnel entre leur domicile et leur lieu de travail constituent une part significative de notre empreinte carbone. Nous chercherons des alternatives tout en reconnaissant que nous ne pourrons pas tout mettre en œuvre simultanément.

Par ailleurs, nous sommes également tributaires de l’action du gouvernement. En effet, même si les gens sont encouragés à utiliser les transports publics, nous devons proposer une offre solide et trouver des moyens de la rendre plus attractive. Ce sont des options à poursuivre, et nous sommes conscients qu’elles dépendent de facteurs externes.

Nous savons également que nous devons effectuer des travaux dans notre bâtiment actuel. Nous demanderons donc l’aide d’Energieagence sur la manière de procéder. Nous sommes également en train de construire un nouveau bâtiment où nous prendrons en compte tous ces aspects.

Une autre action qui me plaît beaucoup concerne le transport de nos photocopieurs, que nous recevons du Japon avec de nombreux emballages en plastique que nous devons ensuite retirer avant de réemballer les machines. Nous essayons de travailler avec un atelier protégé pour éviter tout ce plastique. C’est une excellente initiative de la part du personnel et, bien que cela puisse sembler être de petites actions, je pense qu’elles nous aideront à faire de grands progrès dans cette direction.

Crédit photo : fourni par le groupe CK

Lire plus

Les atouts de la chaleur fatale.

29-02-2024

Un séminaire organisé fin mars par Luxinnovation sur la thématique de la chaleur fatale et de son utilisation, permettra de mieux comprendre les énormes gains possibles en termes d'efficacité énergétique et de rentabilité
Lire plus

European Digital HealthTech Conference 2024 J -75!

29-02-2024

Inscrivez-vous à une conférence unique explorant les défis de la mise sur le marché des technologies de la santé et leurs solutions du 14 au 15 mai 2024 au Luxembourg. Un appel à speakers est également ouvert jusqu'au 16 avril.
Lire plus

Mission officielle en Belgique

28-02-2024

La mission en Belgique aura lieu du 16 au 18 avril 2024. Au programme : séminaires sectoriels et réunions B2B, opportunités de réseautage et bien plus encore. Inscrivez-vous avant le 15 mars.
Lire plus

Étude des capacités de recherche sur la transition énergétique au Luxembourg

22-02-2024

Une analyse récente de Luxinnovation offre un aperçu des capacités des organisations de recherche publiques du Luxembourg liées à la transition énergétique.
Lire plus

Lex Delles: «Luxinnovation, un partenaire-clé»

31-01-2024

Le nouveau ministre de l’Économie, des PME, de l’Énergie et du Tourisme a pour priorité de renforcer l’économie luxembourgeoise. Cela passera par une collaboration toujours plus étroite avec l’agence nationale d’innovation. 
Lire plus

Toutes les news

Fermer