rechercher

« Pour citer l’ouvrage ‘The Moon and the Ghetto’ de Richard R Nelson, la recherche et l’innovation nous ont permis d’envoyer l’Homme sur la Lune, mais pas de résoudre les inégalités des quartiers défavorisés », a expliqué le professeur Rainer Kattel, directeur adjoint de l’Institute for Innovation and Public Purpose de l’University College de Londres. Le professeur Kattel a été l’orateur principal de la conférence annuelle de TAFTIE, le réseau européen des agences d’innovation, que Luxinnovation a accueilli le 6 juin dernier en sa qualité de président de TAFTIE 2019. « Nous sommes en mesure de tirer parti de la recherche et de l’innovation pour relever les défis techniques, mais comment pouvons-nous utiliser la même approche pour résoudre les grands problèmes de société ? »

Cibler les défis à long terme

La réponse à cette question actuellement en vogue réside dans les programmes de recherche et d’innovation axés sur les missions, c’est-à-dire qui se concentrent sur des défis larges et intersectoriels. L’Union européenne est un précurseur à cet égard: son prochain programme-cadre pour la recherche et l’innovation, Horizon Europe, poursuivra une approche politique axée sur les missions.

Horizon Europe se concentrera sur des sujets tels que le changement climatique, le cancer, les océans, la neutralité carbone et l’alimentation – des thèmes auxquels de nombreuses personnes peuvent s’identifier et considèrent comme importants. « Les missions visent à créer quelque chose qui fera parler Monsieur-tout-le-monde de science », avait déclaré Carlos Moedas, commissaire européen chargé de la recherche, lors d’une conférence de presse en février 2019.

« Concevoir des programmes de recherche et d’innovation qui ciblent les problèmes sociétaux plutôt que les défaillances du marché est un changement fondamental », a estimé le professeur Kattel. Il s’agit de passer d’un mode de développement technologique à la définition d’une vision de ce à quoi devrait ressembler la société dans 20 à 30 ans, puis de combiner technologie et innovation afin d’y parvenir.

L’approche axée sur les missions implique que les directeurs de programme doivent penser différemment sur de nombreux aspects. « S’attaquer à ce type de problèmes sociétaux est principalement une question de changement de comportement des gens. Comment nous nous déplaçons ? Quels types d’aliments consommons-nous ? Que faisons-nous des plastiques ? Cela signifie que nous devons trouver des moyens pertinents d’exploiter les mouvements sociétaux et de mobiliser les gens en général, et pas seulement les chercheurs et les entrepreneurs ».

Le modèle luxembourgeois

C’est exactement l’approche retenue au Luxembourg il y a quelques années, lorsque le gouvernement a collaboré avec l’économiste américain Jeremy Rifkin pour développer une vision pour la « Troisième révolution industrielle ». Cette expression renvoie à la transformation industrielle et sociale induite par la convergence des technologies de l’information, des énergies renouvelables et des nouveaux modes de transport.

« Le gouvernement voulait définir les stratégies et les missions à mettre en œuvre et obtenir l’adhésion de la population », a précisé Benjamin Questier, Strategic Advisor and Head of European R&D and Innovation Support chez Luxinnovation, qui était également l’un des intervenants de la conférence annuelle TAFTIE. « Plus de 300 participants – citoyens en général ainsi que des représentants du gouvernement, du monde des affaires et de la recherche – ont participé à des groupes de travail thématiques et ont élaboré une vision pour le Luxembourg en 2050 et la meilleure manière d’y parvenir. »

Luxinnovation s’efforce également de réunir des entreprises qui partagent la même vision pour relever des défis importants. « Nous utilisons une approche ascendante pour construire des projets phares, c’est-à-dire des projets multipartites avec un intérêt intersectoriel », a expliqué Benjamin Questier. « Lorsque nous identifions une idée pertinente pour un projet visionnaire potentiel, nous utilisons notre réseau pour aller au-delà des secteurs et inviter les ministères, les ONG et d’autres à poursuivre la discussion et à co-concevoir. L’idée doit mûrir en passant par un processus bien défini avec des résultats clairs à chaque étape. Si, à la fin, il y a un engagement solide des parties prenantes, nous allons de l’avant avec la définition et le lancement d’un projet phare qui peut être financé par les entreprises participantes ou avec le soutien supplémentaire du secteur public. Les subventions à la R&D et à l’innovation peuvent parfois aussi être utilisées dans ce processus. »

Luxinnovation soutient actuellement plusieurs projets phares tels que le National Composite Centre – Luxembourg, créé il y a quelques années en collaboration entre l’industrie, Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) et le ministère de l’Économie. Le projet « Plastic Loop », qui a pour objectif d’optimiser la chaîne de valeur et de stimuler le recyclage, la réutilisation et la conception des plastiques, ou encore le projet « Circular Economy Hotspot » à Wiltz sont d’autres exemples à mentionner. « Je considère les projets phares comme un pas dans la direction d’actions d’innovation axées sur les missions », déclare Benjamin Questier. « Lorsque le programme Horizon Europe sera opérationnel, je pense que d’autres instruments seront disponibles pour les agences nationales de l’innovation qui souhaitent développer de telles approches. »

Lire plus

Vers un monde de voitures sans conducteur

14-08-2019

Dans les années à venir, des véhicules autonomes sans conducteur emprunteront les routes – un changement radical, à la fois pour les passagers de ces voitures et autobus, et pour les autres conducteurs. Avec le soutien de Luxinnovation, le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) a mis en place un projet financé par Horizon 2020 qui étudie l’impact de cette mobilité du futur sur les individus, les entreprises et la société.
Lire plus

De Fit 4 Start au Digital Tech Fund en toute sécurité

12-08-2019

La start-up luxembourgeoise Passbolt a développé une solution de gestion des mots de passe pour les entreprises. Arrivée au Grand-Duché un peu par hasard, elle a grandi en bénéficiant pleinement des avantages de l’écosystème.
Lire plus

Luxinnovation partenaire d’un consortium dédié à la digitalisation des PME

12-08-2019

Luxinnovation a eu le plaisir de voir sa candidature au projet INNNOSUP Horizon 2020 retenue.
La Commission européenne avait lancé en Mars 2019 un appel à proposition dans le cadre du programme INNOSUP, dédié à soutenir les initiatives innovantes des agences d’innovation européennes.

Lire plus

Construire le futur

07-08-2019

L’entreprise de construction générale Steffen Holzbau est spécialisée dans les matériaux de construction innovants et les bâtiments durables et éco- énergétiques. Dans le cadre de son projet de R&D « Holz-Beton-Verbundträger », la société a développé des poutres composites combinant les vertus du bois et du béton.
Lire plus

Esch-Schifflange, regard novateur sur l'urbanisme

31-07-2019

Dans le cadre de l’étude de faisabilité en vue de la réhabilitation de plus de 60 ha de friches industrielles d’ArcelorMittal, la société de développement Agora a mandaté Luxinnovation pour initier un processus d’identification de technologies, services et produits innovants. Un gros travail préparatoire en vue d’un concours urbanistique international lancé au printemps 2019.
Lire plus

Toutes les news

Fermer