rechercher

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Claude Meisch, le ministre de l’Énergie et de l’Aménagement du territoire, Claude Turmes, et la CEO de Luxinnovation, Sasha Ballie, ont assisté à l’ouverture officielle de la conférence AALE, qui signifie « la technologie de l’automatisation appliquée à l’enseignement et au développement », organisée par l’association allemande Vfaale. La conférence offre une plateforme aux différentes parties prenantes pour discuter des techniques innovantes en matière de technologie d’automatisation.

Plusieurs représentants d’écoles polytechniques allemandes, des experts de l’industrie, des étudiants et des représentants d’entreprises ont participé à la conférence de trois jours intitulée « Combattre le changement climatique avec l’automatisation », qui a été organisée pour la première fois au Luxembourg par le Lycée des Arts et Métiers.

« L’automatisation dans l’industrie et la construction est un sujet d’actualité depuis longtemps. En effet, les progrès technologiques ont ouvert beaucoup plus d’opportunités dans les domaines de la construction, de l’industrie et de la logistique », a expliqué le ministre Turmes. Compte tenu de ces changements rapides, le ministre Meisch a également souligné l’importance des conférences de l’AALE pour stimuler le développement de compétences techniques de base alignées sur les besoins spécifiques des entreprises actives dans ces domaines, grâce à un engagement ciblé et précoce avec les futurs professionnels.

Le lien entre durabilité et transformation numérique

Selon le ministre Turmes, « la numérisation est une grande priorité pour le Luxembourg », comme en témoignent les réalisations importantes et les objectifs envisagés dans la feuille de route du Luxembourg en matière de climat et d’énergie, tels que le déploiement de 99 % des compteurs intelligents ou l’objectif d’électro-mobilité de 49 % de voitures électriques d’ici à 2030.

Plusieurs pays, dont le Luxembourg, se sont engagés à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. Il est donc essentiel pour les entreprises de passer à des méthodes de production plus propres, numériques et durables. L’agence nationale de l’innovation héberge le Luxembourg Digital Innovation Hub (L-DIH), qui soutient la transformation numérique de l’industrie manufacturière, responsable d’environ 17 % des émissions locales. Une tâche centrale de l’équipe du L-DIH à Luxinnovation est donc de les aider à trouver l’expertise adéquate pour définir leurs stratégies numériques, mettre en œuvre les technologies numériques et former leur personnel aux compétences de gestion numérique.

Sasha Baillie, Luxinnovation« Selon une étude récente menée sous l’égide du Haut-Comité de l’industrie du Luxembourg, 25 entreprises sont responsables de 95 % des émissions de carbone provenant des combustibles et du processus de production. Pour Luxinnovation, il s’agit clairement de notre groupe cible ainsi que des entreprises multinationales qui, ensemble, ont également un très grand potentiel de décarbonisation », a expliqué Mme Baillie.

Soutenir une transition numérique et durable est une mission centrale pour Luxinnovation.

Les programmes Fit for Digital et Fit for Sustainability de Luxinnovation aident également les entreprises à identifier des experts certifiés pour tracer leurs voies de transition numérique et durable.

La prochaine Smart Manufacturing Week, qui aura lieu du 5 au 9 juin de cette année, offrira également aux entreprises une plateforme pour explorer comment l’utilisation de solutions numériques peut devenir plus intelligente et plus durable.  « La durabilité sera difficile à atteindre si nous n’exploitons pas toute la puissance de l’innovation numérique », a souligné Joachim Clemens, conseiller principal en transformation numérique chez Luxinnovation.

La numérisation est une grande priorité pour le Luxembourg.

Une enquête réalisée en 2022 auprès d’entreprises manufacturières luxembourgeoises par le L-DIH montre que si les entreprises ont un niveau de maturité élevé en matière d’infrastructure informatique, elles doivent développer des systèmes de production numériques, la connectivité et la collecte de données, ainsi que les technologies de l’industrie 4.0. « L’innovation est la clé, et c’est la raison pour laquelle soutenir une transition numérique et durable est une mission centrale pour Luxinnovation », a expliqué Mme Ballie lors de son discours d’ouverture. Elle a également souligné l’importance de la transformation numérique pour l’avenir du secteur manufacturier, expliquant qu’elle est essentielle pour maintenir la compétitivité internationale, rendre l’industrie plus durable et réduire son empreinte carbone.

Les écoles polytechniques et les instituts de recherche sont des ressources précieuses

Toutes les entreprises ne disposent pas en interne de toutes les compétences et solutions numériques nécessaires à la transformation numérique. « La recherche de partenaires ne doit en aucun cas se limiter au Luxembourg. Nous avons le privilège de disposer d’un grand réservoir d’expertise manufacturière dans nos pays voisins », a déclaré Mme Baillie, citant la relation existante entre le L-DIH et leurs contreparties dans la Grande Région comme un moyen de faciliter la coopération transfrontalière et les projets de collaboration.

Le ministère de I’Économie luxembourgeois offre aux entreprises des subventions pour la R&D et l’innovation qui peuvent être utilisées pour des projets de numérisation. Luxinnovation soutient les entreprises au cours du processus de demande et les aide à identifier les coûts qui peuvent être financés dans le cadre des programmes nationaux et européens.

Nous avons le privilège de disposer d’un grand réservoir d’expertise manufacturière dans nos pays voisins.

La collaboration entre le fabricant luxembourgeois de vannes à membrane et le campus Birkenfeld de l’école polytechnique de Trèves, présentée par Andreas Schaal, ingénieur R&D chez Sisto Armaturen, est un exemple clé de coopération entre une entreprise et une école polytechnique qui a également bénéficié d’un soutien financier national.

« Lorsque des entreprises luxembourgeoises envisagent de s’associer à des entités de recherche au-delà des frontières, nous leur fournissons également des conseils sur les programmes européens existants, tels qu’Eureka, qui permettent à leur partenaire d’obtenir un financement de la part de l’autorité nationale compétente de l’autre côté. En outre, les projets de collaboration entre une entreprise et une entité de recherche publique – luxembourgeoise ou étrangère – peuvent bénéficier d’un complément de financement », explique Mme Baillie.

Photo credit: Luxinnovation

Lire plus

Les atouts de la chaleur fatale.

29-02-2024

Un séminaire organisé fin mars par Luxinnovation sur la thématique de la chaleur fatale et de son utilisation, permettra de mieux comprendre les énormes gains possibles en termes d'efficacité énergétique et de rentabilité
Lire plus

European Digital HealthTech Conference 2024 J -75!

29-02-2024

Inscrivez-vous à une conférence unique explorant les défis de la mise sur le marché des technologies de la santé et leurs solutions du 14 au 15 mai 2024 au Luxembourg. Un appel à speakers est également ouvert jusqu'au 16 avril.
Lire plus

Mission officielle en Belgique

28-02-2024

La mission en Belgique aura lieu du 16 au 18 avril 2024. Au programme : séminaires sectoriels et réunions B2B, opportunités de réseautage et bien plus encore. Inscrivez-vous avant le 15 mars.
Lire plus

Étude des capacités de recherche sur la transition énergétique au Luxembourg

22-02-2024

Une analyse récente de Luxinnovation offre un aperçu des capacités des organisations de recherche publiques du Luxembourg liées à la transition énergétique.
Lire plus

Lex Delles: «Luxinnovation, un partenaire-clé»

31-01-2024

Le nouveau ministre de l’Économie, des PME, de l’Énergie et du Tourisme a pour priorité de renforcer l’économie luxembourgeoise. Cela passera par une collaboration toujours plus étroite avec l’agence nationale d’innovation. 
Lire plus

Toutes les news

Fermer