rechercher

Depuis deux ans, le Luxembourg dispose d’un nouveau cadre légal en matière de promotion de la R&D et de l’innovation. La loi du 17 mai 2017, qui a remplacé celle de juin 2009, est entrée en vigueur au début de mois de juin de la même année. Elle se veut particulièrement exhaustive.

« Les règles de l’Union européenne en matière d’aides d’État ont été transposées à l’identique, de sorte que nous proposons le cadre réglementaire le plus complet qui soit », analyse Marco Walentiny, Chargé de la Direction de la Recherche et de l’Innovation au sein du ministère de l’Économie. « Notre dispositif couvre toute la chaîne de l’innovation, y compris pour des PME pour qui une démarche d’innovation est inédite et pour qui nous pouvons cofinancer l’intervention d’un expert externe. »

Toutes les étapes suivantes sont également couvertes, depuis les études de faisabilité jusqu’aux développements technologiques en eux-mêmes. « Un accent particulier est mis sur la collaboration avec d’autres entreprises ou des centres de recherche publics, et sur la possibilité de partager des installations, des équipements ou des laboratoires de recherche », précise M. Walentiny.

Régimes d’aide pour toutes les étapes du cycle d’innovation

Les régimes d’aide sont de natures variées et concernent les projets ou programmes de R&D ; les études de faisabilité technique ; l’innovation en faveur des PME ; les jeunes entreprises innovantes ; l’innovation de procédé et d’organisation ; les infrastructures de recherche ou encore les pôles d’innovation.

En 2018, la première année «pleine» d’effet de la loi, 86 projets ou programme ont été avisés pour un montant de dépenses prévu en Recherche-Développement et Innovation de plus de 100 millions d’euros et un montant d’aide accordé de près de 34 millions d’euros.

Comparé à 2017, le nombre de projets avisés a augmenté de 8% et 11 d’entre eux ont excédé le montant d’un million d’euros.

Les trois quarts des financements alloués ont concerné trois secteurs d’activité plus spécifiques : l’ICT (31%), Industrie 4.0 (26%) et les Matériaux (24%).

Les entreprises, quelles que soient leurs tailles, peuvent prétendre à bénéficier de telles aides, à la condition principale de ne pas être considérée comme étant «en difficulté», c’est-à-dire si plus de la moitié de son capital social souscrit a disparu en raison des pertes accumulées ou bien si, à plus forte raison, elle fait l’objet objet d’une procédure collective d’insolvabilité bénéficie d’une aide au sauvetage.

Accès aux régimes de financement

Si les entreprises intéressées peuvent évidemment solliciter directement de tels mécanismes d’aide, elles ont tout intérêt à se faire accompagner gratuitement par l’équipe R&D and Innovation Support de Luxinnovation. «Nos conseillers disposent d’une connaissance approfondie des programmes de financement nationaux et européens et peuvent ainsi guider les entreprises, quelle que soit leur taille ou leur activité, dans la structuration de leurs projets», explique Marc Ferring, Director R&D and Innovation Support chez Luxinnovation. «Ainsi, nous sommes en mesure de définir, ensemble, les solutions les mieux adaptées à leurs besoins. Cela peut aussi passer par un de nos programmes de performance Fit 4.»

Fit 4 Digital ; Fit 4 Growth, Fit 4 Innovation ; Fit 4 Service : ces programmes peuvent bien évidemment constituer un tremplin pour les entreprises susceptibles de faire appel à un tel mécanisme d’aide. Ils se basent sur un diagnostic effectué par un consultant externe agréé par Luxinnovation et choisi par l’entreprise elle-même. «Ainsi, les entreprises peuvent ainsi se rendre compte de l’impact que peut avoir une démarche d’innovation et, alors, vouloir aller plus loin dans la cadre de la loi de 2017», note M. Ferring.

« Être bien accompagné et bien préparé »

C’est, ainsi, par le biais du programme Fit 4 Start que la société Aiva Technologies (Artificial Intelligence Virtual Artist), qui développe des algorithmes basés sur l’intelligence artificielle pour composer des musiques, est entrée dans une démarche accélérée d’innovation.

Le système développé par Aiva a englouti plus de 30.000 partitions de musique classique écrites par les plus grands compositeurs et entrées dans le domaine public. L’analyse de ces partitions permet alors à l’utilisateur d’avoir accès à des modélisations numériques de contenus musicaux, lui permettant de créer à son tour ses propres compositions. Aiva est même reconnue par la Sacem (l’organe de gestion collective des droits d’auteur pour les auteurs, compositeurs et éditeurs) en tant que société compositrice à part entière.

« Nous avons reçu 150.000 euros au terme des 16 semaines de coaching. Cela nous a permis dans un premier temps de boucler une levée de fonds auprès, notamment, de Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel », témoigne Pierre Barreau, un des fondateurs d’Aiva. « Nous avons ensuite travaillé avec Luxinnovation pendant trois mois, début 2018, sur la préparation d’un dossier dans le cadre du régime Innovation de procédé et d’organisation. Nous avons pu obtenir une aide supplémentaire du ministère de l’Économie de 450 000 euros pour cofinancer un projet de recherche dont nous avons déjà réalisé la moitié. »

Accompagnée par Luxinnovation dans ses démarches, Aiva a ainsi pu se familiariser avec d’autres approches et d’autres façons de présenter ses activités et ses besoins. « Quand on est une start-up, on a surtout l’habitude de s’adresser à des investisseurs en capital-risque qui sont peut-être moins focalisés sur des projections financières, mais sont davantage attentifs au potentiel exprimé à la fois par les technologies, mais aussi par les équipes qui développement le projet. Lorsque nous nous adressons au ministère de l’Économie, les discussions tournent plutôt autour de ces projections financières, justement. C’est un peu déroutant au début, d’où l’intérêt d’être bien accompagné et bien préparé. »

Les concepteurs de la société, qui allient connaissances musicales et technologiques, ont établi l’ensemble de leurs équipes de développement au Luxembourg. « Le pays est très favorable pour l’émergence de start-up comme la nôtre, avec des mécanismes qui peuvent permettre de pratiquement doubler les fonds levés. »

Le public-cible d’Aiva est assez vaste : des compositeurs professionnels, ou bien des réalisateurs de jeux vidéo, de films ou bien des entreprises à la recherche d’habillages musicaux. « Nous visons aussi de simples amateurs qui n’ont aucun intérêt commercial à créer de la musique, juste le plaisir de le faire. »

Aujourd’hui, la société rayonne à l’international, avec des clients sur tous les continents, principalement en Amérique du Nord.

« Un avantage concurrentiel décisif »

Dans un tout autre domaine, la société PM-International, fondée en 1993, basée à Schengen, et qui développe et commercialise des compléments alimentaires et des cosmétiques haut de gamme sous sa propre marque FitLine® (dont beaucoup sont dotés d’une technologie brevetée), a également fait appel à Luxinnovation pour être accompagnée dans le cadre de deux dossiers pour le cofinancement de deux projets de recherche, dont l’un, Activitis, est réalisé en partenariat avec le LIST.

Démarré en février 2018, ce projet vise le développement de nouveaux compléments alimentaires bioactifs à partir de sous-produits des caves luxembourgeoises. Il s’agit d’extraire les composés végétaux secondaires du marc de raisin et de les valoriser à des fins industrielles de manière durable, dans une approche très circulaire.

« Nous savons qu’une telle démarche peut nous donner un avantage concurrentiel décisif », explique le Dr. Tobias Kühne, Chief Scientific Officer chez PM-International. « En plus de nos ressources internes pour nos activités de R&D, l’adoption de cette loi RDI est intervenue au bon moment car elle nous a ouvert toute une série de nouvelles possibilités de financement. Le savoir-faire et les conseils pertinents que nous avons reçu de Luxinnovation nous ont ensuite permis de gérer plus facilement ce processus complexe de demande d’aide. Depuis le premier jour jusqu’au dépôt final de notre dossier, leurs équipes nous ont soutenus de toutes les manières possibles. Au final, nous avons pu obtenir un financement public pour un volume de projets en cours de 1,1 million d’euros. »

Les atouts tirés de ces fonds supplémentaires a été immédiat pour PM-International : un avantage en termes de temps et de fiabilité de planification. « Grâce à la loi RDI, nous sommes en mesure d’entreprendre des recherches exploratoires et de mener à bien l’ensemble du processus, de la première idée jusqu’au lancement d’un produit commercialisable », précise M. Kühne.

PM-International recherche, parallèlement, des fabricants susceptibles d’être prêts lorsque les résultats de la recherche seront prêts à être mis en œuvre industriellement, ce qui est espéré pour 2020. Mais les projets ne manquent évidemment pas par ailleurs « La recherche n’est en aucun cas un processus statique, et nous planifions déjà nos prochaines étapes avec notre le LIST. Le Luxembourg est en train de devenir un pôle scientifique et de recherche en Europe et nous sommes très fiers d’en faire partie. Et nous savons aussi que nous pouvons compter sur le réseau de Luxinnovation, dont nous apprécions la connaissance du marché et la capacité de mettre en relation les acteurs ensemble afin d’unir leurs forces avec de grands bénéfices pour toutes les parties impliquées. »

Lire plus

«Définir les contours des enjeux majeurs qui nous attendent»

22-09-2020

Le manager du Luxembourg CleanTech Cluster explique comment son cluster s’engage, aux côtés des entreprises, dans la définition de solutions orientées développement durable.
Lire plus

Rendre l’économie plus circulaire avec le bois

21-09-2020

La filière forêt-bois se trouve confrontée à de nombreux défis qui vont bien au-delà de la seule crise sanitaire liée au Covid-19. Mais les idées et les savoir-faire ne manquent pas pour les relever.
Lire plus

Vers un hydrogène plus vert avec le LIST

18-09-2020

En partenariat avec la société française 3D-Oxides, le LIST travaille sur un projet de recherche destiné à rendre la production d’hydrogène plus facile, moins coûteuse et plus respectueuse de l’environnement.
Lire plus

Les nouvelles aides d’État «Covid» en webinaire

11-09-2020

À l’initiative du ministère de l’Économie et de Luxinnovation, trois webinaires (en français, luxembourgeois et anglais) ont permis de mieux comprendre le fonctionnement de la loi du 24 juillet 2020 visant à stimuler les investissements des entreprises dans l’ère du Covid-19.
Lire plus

Grand-prix ProdPilot 2020: candidatures ouvertes

25-08-2020

Pour la deuxième année, le consortium de la grande région ProdPilot décernera son grand prix avec pour ambition de sensibiliser les entreprises aux potentiels de productivité.
Lire plus

Toutes les news

Fermer