rechercher

En ce mardi 21 avril, journée mondiale de la créativité et de l’innovation, Le Luxembourg Creative Industries Cluster a organisé CREAction, le premier webinaire dédié aux industries créatives «en action», pour appuyer le rôle essentiel que peut jouer ce secteur dans le contexte actuel.

«Cette journée mondiale de la créativité et de l’innovation a été initiée au début des années 2000 par une Canadienne qui voulait s’impliquer pour que la créativité soit davantage reconnue. Elle voulait aussi faire en sorte que la créativité soit étroitement liée à la résolution de problèmes en tous genres. Ca tombe bien: c’est exactement ce sur quoi les créatifs sont amenés à réfléchir aujourd’hui», a expliqué Marc Lis, le manager du Luxembourg Creative Industries Cluster, en introduction de ce webinaire.

Pour ce premier épisode, plus de 80 personnes ont assisté, en direct, aux présentations de trois CEO, eux-mêmes créatifs, qui ont témoigné de la façon dont ils ont dû s’adapter à la nouvelle donne économique et sociétale.

Réorientation

La suppression de toutes les manifestations publiques, événements culturels ou professionnels, et autres formations, a, ainsi, directement touché le cœur de métier de Supermiro et de Helloboss, les deux plateformes créées par eLfy Pins.

Voulus comme des assistants personnels (ou professionnels) et intelligents, ces deux services se sont très rapidement trouvés privées d’une bonne partie de leur contenu et core business. «Lors de l’annonce de la crise sanitaire, nous étions un peu dans le déni et nous pensions que nous pourrions passer entre les mailles du filet», a témoigné Mme Pins. «Mais assez rapidement, nous avons dû mettre en place des procédures manuelles pour faire le suivi de tous les événements annulés les uns après les autres, ce que ne prévoyait évidemment pas notre super algorithme».

Dans un premier temps, l’offre de Supermiro s’est alors concentrée sur les bonnes adresses, les business locaux, jusqu’à ce que, très vite, tous les établissements de loisirs (bars, restaurants…) soient fermés. «À partir du 16 mars, notre joyeuse équipe a opéré en télétravail et nous avons dû recoder la moitié de nos plateformes, afin de permettre à notre système de pouvoir comprendre les nouveaux types de contenus, notamment les formations en ligne pour Helloboss. On n’a jamais eu autant de temps que maintenant pour se former et faire des choses qu’on n’avait pas forcément eu l’occasion de faire auparavant Et nous avons tenté de garder un maximum de flexibilité pour mettre en avant les initiatives locales. Soutenir le business local a toujours fait partie de nos missions, et aujourd’hui plus que jamais».

Garder le dynamisme

L’adaptation a, a priori, été plutôt réussie, puisqu’eLfy Pins explique que même en l’absence d’événements, une bonne partie du trafic de fréquentation de Supermiro et de Helloboss a été conservé.

Le contenu alternatif que Supermiro propose pour se réinventer, c’est tout d’abord, un regard décalé sur l’actu, mais aussi de nouveaux formats tels que les Canap’events pour promouvoir les business locaux. Cela permet aussi de faire participer les utilisateurs à des activités ludiques et pleines d’humour: un e-blind test, des expériences culinaires…

«Il est important de continuer à parler positivement du Luxembourg et de montrer combien les gens sont plein de dynamisme et d’entrain. Comme nous!», résume Mme Pins.

Reste que si le contenu s’est adapté à la situation, le business model, lui, souffre forcément. «Des événement annulés, comme la Schueberfouer, ce sont aussi des contrats qui s’annulent. Nous nous interrogeons évidemment sur la façon dont les choses vont se dérouler ‘après’, mais nous profitons aussi de ce moment pour intégrer tout un tas de nouvelles fonctionnalités que nous n’avions pas encore eu l’occasion de faire. Quand la vraie vie reprendra, nous aurons ainsi un produit encore plus performant.»

Faire passer les bonnes ondes

Le retour à la vie «normale», c’est évidemment une perspective que tout un chacun a en ligne de mire. Kamel Amroune, le CEO de l’agence événementielle et de contenu print et digital Farvest, en est conscient. «Nous avons des médias et des communautés que nous alimentons et que nous faisons vivre dans cette situation particulière», a-t-il indiqué. «Nous constatons une explosion du nombre de visiteurs sur nos plateformes, même si le business ne suit pas. Ce qui ne nous empêche pas d’essayer de faire quelque chose pour les autres et faire passer des bonnes ondes. Ce n’est pas de la démagogie: nous nous engageons avec les moyens qui sont les nôtres et tant mieux si ça sert aussi aux autres.»

Dans une volonté d’accompagnement et de soutien de la communauté B2B, Farvest a donc initié le mouvement #YouAreNotAlone, destinée à promouvoir la solidarité entre les acteurs qui, tous, sont touchés par cette situation. «L’idée est de partager nos quotidiens respectifs, des bonnes actions ou mesures mises en place, des idées et faire aussi en sorte de pouvoir aider les gens qui vont au charbon tous les jours, notamment les personnels soignants. Aucune personne n’est seule dans ces moments-là et on a pu constater combien tout le monde pense à tout le monde», s’est réjoui M. Amroune.

Intelligence collective

C’est dans cette même approche philosophique qu’a été imaginée la plateforme web Brainfeed: un portail internet qui sera mise en ligne la semaine prochaine et sur lequel seront postés toutes les infographies et autres réalisations graphiques faites pour le compte de clients par des créatifs.

Une autre façon de montrer leur savoir-faire et leur expertise. «Cela permet d’offrir un canal de communication supplémentaire pour un indépendant qui réalise un tel travail graphique», a précisé M. Amroune.

Autre initiative web et non des moindres: le hackathon en ligne «Hack the crisis» organisé par Docler Holding en collaboration avec sa filiale Farvest, la House of Startups et la communauté Junction, qui aura lieu les 24 et 25 avril et dont tous les sponsorings récoltés seront reversés à une association caritative.

«Aujourd’hui, on parle de smart nation et de technologie», observe M. Amroune. «Nous pensons que tout cela va devenir, à terme, une simple commodité et que la différence se fera par la créativité. Passer d’une ‘Smart nation’ à une ‘Creative nation’, c’est ça qui nous sauvera. Et je mise aussi sur l’intelligence collective: nous sommes actuellement dans une situation où beaucoup de services sont proposés gratuitement, mais tout le monde comprendra bien, lorsque les affaires reprendront, qu’il faudra bien de nouveau vendre des services.»

Des opportunités à saisir

Être créatif, Johnny Lagneau, CEO de Warrigal Innovation Studio, en a eu bien besoin aux premiers jours des mesures de restrictions prises dans le pays. «En un très court intervalle de temps, nous n’avons plus eu de clients ni de perspectives d’avenir», a-t-il témoigné. «Nous avions le choix entre nous lamenter et déposer le bilan, ou bien forcer notre destin profiter de cette situation catastrophique pour en faire une situation d’opportunité. Nous avons choisi la seconde option, en misant sur ce que nous savons faire le mieux: initier l’innovation et réaliser des applications web et mobiles.»

C’est ainsi que Warrigal a lancé trois projets distincts qui ont tous leur utilité spécifique. Le premier est le site europ-alerts.com, une plateforme qui publie, en temps réel, le flux d’informations gouvernementales émises par les autorités en Italie, en Belgique, en France et au Luxembourg, afin de fournir une information juste, non manipulée et sans fioriture.

Puis est venu le market place gratuit City-commerces.com/, principalement centré sur le Luxembourg belge – où réside Johnny Lagneau – permettant aux commerces locaux de bénéficier de nouveaux débouchés de vente. «Ils peuvent créer très facilement une liste de produits qu’ils peuvent vendre et les frais de transaction sont, au maximum, de 2%, qui correspondent aux frais de transactions bancaires. Pour les acheteurs, cette plateforme est gratuite. Nous sommes en train de déployer cette market place et nous avons déjà les premiers utilisateurs qui se manifestent.»

Partager les savoir-faire

Dernière plateforme mise en ligne: Kyosai.eu, qui est un site d’entraide dédié aux TPE, aux entrepreneurs et aux freelances. «Certains ont pu continuer leurs activités malgré la crise, mais d’autres sont totalement à l’arrêt.

Kyosai permet aux premiers de partager leur savoir-faire et leurs réalisations aux seconds qui en ont besoin. Là aussi les premiers utilisateurs sont en train de se faire connaître. L’idée est de faire en sorte que cette plateforme continue d’exister après la crise.»

De ces différentes réalisations a également débouché une réflexion plus globale sur les activités même du studio Warrigal, qui a modifié son modèle économique d’agence «traditionnelle» en modèle par souscription, permettant une flexibilité extrême et donnant aux clients – généralement des start-ups et des PME – un accès à des solutions innovantes «pour un coût raisonnable et en mettant à leur disposition l’ensemble de nos équipes et de nos compétences».

Rendez-vous les 28 avril et 5 mai

Savoir être bien entouré et savoir bien s’entourer: c’est l’une des leçons que retient eLfy Pins de la situation actuelle. «Il est crucial de pouvoir toujours discuter avec nos proches, se faire challenger. J’ai toujours eu des mentors autour de moi que je sollicite régulièrement, et sans doute plus souvent maintenant. Même avec des amis qui sont à l’autre bout du monde, nous échangeons nos points de vue, nous réfléchissons. Il est essentiel de ne jamais rester seul dans son coin, surtout dans les mauvais moments.»

Deux autres webinaires sont d’ores et déjà planifiés, en langue anglaise, les 28 avril et 5 mai. Le premier présentera d’autres acteurs et initiatives émanant de la communauté des industries créatives pendant cette crise sanitaire et le second permettra un échange avec des experts afin d’évoquer le rôle que les industries créatives ont à jouer dans la recherche de solutions pendant et après cette situation de crise.

Lire plus

La recherche, pilier de l’innovation

26-06-2020

Le tableau de bord européen de l’innovation, publié par la Commission européenne, repositionne le Luxembourg parmi les pays leaders, grâce à un écosystème de recherche attractif et performant.
Lire plus

Vieillir en bonne santé: opportunités de financement avec Eureka et AAL

22-06-2020

La qualité de vie des seniors est au cœur de plusieurs programmes européens de financement d’activités de recherche et développement. Les entreprises luxembourgeoises sont invitées à intégrer des consortiums transnationaux pour bénéficier de ces soutiens financiers.
Lire plus

Startups, merci!

19-06-2020

Durement touchées par la crise Covid-19, les startups luxembourgeoises ont également démontré leur capacité à trouver des solutions innovantes pour répondre aux besoins sanitaires, économiques et sociaux. Startup Luxembourg a réalisé une vidéo pour les en remercier.
Lire plus

Promotion des exportations: soutien financier aux entreprises

19-06-2020

L'ODL – l’agence luxembourgeoise de crédit à l'exportation, est un établissement public qui offre de nombreux services pour aider les exportateurs luxembourgeois dans leurs activités internationales. Découvrez-le !
Lire plus

5 choses à retenir sur Luxinnovation en 2019

15-06-2020

L’agence nationale de promotion de l’innovation a présenté, fin mai, le bilan de ses activités pour 2019. Une riche année qui a plus que jamais renforcé l’importance de son action auprès des entreprises du pays... mais pas uniquement.
Lire plus

Toutes les news

Fermer