rechercher

Avec une superficie d’environ 90.000 hectares, la forêt couvre plus d’un tiers du territoire national. Chaque année, quelque 750.000 m3 de bois sont produits dans les forêts du pays, dont 500.000 m3 sont concrètement récoltés par l’Homme. Ainsi, la forêt constitue un capital exceptionnel qui génère des intérêts dont seuls les deux tiers sont utilisés: un modèle quasi unique de prélèvement durable, à la croisée des enjeux écologiques, économiques et sociétaux.

«La demande en bois a augmenté progressivement ces dernières années», constate Philippe Genot, le manager du Luxembourg Wood Cluster. «Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs simultanés : la mise en œuvre de politiques nationales autour du développement durable et du changement climatique, l’essor de l’économie circulaire, ou encore la régionalisation des chaînes de valeurs».

Dans le même temps, le pays s’est engagé sur la voie d’une digitalisation poussée, dans l’élan insufflé par la stratégie d’innovation basée sur les données pour soutenir l’émergence d’une économie durable et de confiance, présentée en mai 2019.

1.200 entreprises, 19.000 salariés

La filière bois compte environ 1.200 entreprises – dont près de 90% sont des petites à moyennes entreprises – pour un total de quelque 19.000 employés. «La prédominance de petites structures rend le défi de la digitalisation encore plus grand», note M. Genot.

Le faible taux de digitalisation existant dans le secteur explique, en partie, les problèmes de liens existant entre l’offre et la demande : la chaîne de valeur n’est structurellement pas optimale pour permettre une grande fluidité dans les échanges.

C’est pourquoi depuis deux ans, le Luxembourg Wood Cluster travaille, en étroite collaboration avec les acteurs – publics et privés – du terrain, pour dessiner des solutions. C’est de ces réflexions menées au sein de groupes d’experts qu’a germé l’idée de mettre en place une plateforme de trading, dont le principe a été validé par toutes les parties concernées en décembre dernier.

Partenaires publics et privés

Cette Digital Timber Trade Platform, également baptisée e-Holzhaff, a pour ambition d’établir un lien direct entre l’offre et la demande en bois, qu’ils soient bruts ou ayant déjà été intégrés dans la chaîne de valeur. «Il est aussi essentiel de pouvoir efficacement relier toutes les entreprises qui proposent des services dans la transformation du bois», précise Philippe Genot. «Imaginez un menuisier à la recherche de chêne régional. Il trouvera toujours un propriétaire forestier pour lui vendre, mais il y aura aussi besoin de mettre en œuvre une série de services annexes pour transporter, découper, sécher, conditionner et livrer ce bois chez le menuisier. La plateforme permettra au menuisier et à l’exploitant forestier d’avoir une vue globale sur tous les autres acteurs intermédiaires susceptibles d’intervenir. Tout se fera de manière digitale et intelligente ».

Ce projet de plateforme digitale regroupe bon nombre de partenaires : le ministère de l’Économie, le ministère de l’Environnement et l’Administration de la nature et des forêts pour le côté public, et le Lëtzebuerger Privatbësch, la Fedil Bois ou encore la Fédération des Artisans du côté privé.

Luxinnovation, le catalyseur

«Nous avons lancé la partie propre à l’analyse de marché et à l’élaboration du business plan à prévoir sur les prochains mois et années», précise le manager du Wood Cluster. «D’ici à son lancement officiel que nous prévoyons cet automne, nous allons évaluer différents scénarios de développement du projet.»

Une fois lancée et atteint son rythme de croisière, cette Digital Timber Trade Platform a pour vocation à voler de ses propres ailes. La mission de Luxinnovation consiste à jouer un rôle de catalyseur et de facilitateur pour mettre le projet sur les rails. «L’idée est qu’il soit ensuite géré, d’ici à deux ans, par un ou plusieurs des partenaires impliqués» précise M. Genot.

«Le développement et la mise en œuvre de cette plateforme constitue un bel exemple de la valeur ajoutée de Luxinnovation», se réjouit Sasha Baillie, la CEO de Luxinnovation. «Il n’y a pas d’autres acteurs au Luxembourg capables de mettre en relation toutes ces compétences internes et ces partenaires externes. C’est un très beau modèle à suivre pour d’autres filières, pour lesquelles la création de ce type de plateformes pourrait s’avérer utile dans un avenir proche.»

Lire plus

Économie circulaire et construction

04-03-2021

Retour sur le webinaire détaillant le rôle de l’artisanat dans la construction circulaire. 
Lire plus

Les technologies de la santé ont su se réinventer en période de pandémie Covid-19

02-03-2021

Le rendez-vous annuel du secteur des technologies de la santé a permis de faire le point sur l’évolution d’une activité en première ligne dans le contexte de la pandémie de Covid-19.
Lire plus

Vers de nouveaux marchés

26-02-2021

Suite au programme Fit 4 Resilience, la société Apleona est en train de mettre en œuvre plusieurs chantiers organisationnels et techniques. Avec en ligne de mire l’opportunité de développer de nouveaux marchés dans le secteurs de la gestion des bâtiments.
Lire plus

Faire face aux changements climatiques et aux défis environnementaux

25-02-2021

Ce webinaire présentera aux participants la partie du programme Horizon Europe consacrée au climat et à l'environnement et leur donnera les clés d'une participation réussie.
Lire plus

Opportunités d’affaires dans les pays en développement

25-02-2021

L’initiative Business Partnership Facility vise à encourager le secteur privé luxembourgeois et européen à s’associer avec des partenaires dans les pays en développement pour mettre en place des projets commerciaux durables.
Lire plus

Toutes les news

Fermer