rechercher

Diligence 1875C’est à Canach, petit village du canton de Remich, à 16 kilomètres à l’est de la capitale, que l’histoire de la société Voyages Émile Weber s’est forgée, depuis les premiers tours de roues en 1875 de la diligence de Nikolas Weber, agriculteur et cultivateur d’arbres fruitiers de son état.

Deux fois par semaine, alors que la ligne de chemin de fer ne passait pas par Canach, il propose aux villageois intéressés de les emmener à Oetrange, mais aussi plus à l’Est, le long de la Moselle, à Remich et à Wormeldange. Son fils, Émile Weber, lui succède à la tête du relais diligence et de poste installé au centre de Canach, avant que ce point de convergence, devenu l’«Hôtel de la Poste E. Weber», ne passe entre les mains d’un autre Émile, petit-fils de Nikola.

Le besoin de mobilité des citoyens se développe au fil des ans et la relance de l’économie du pays, mise à mal pendant la Seconde Guerre mondiale, donne une belle opportunité de développement pour ce qui devient officiellement Voyages Émile Weber en 1946. C’est l’année de l’achat du premier véhicule motorisé : un camion ingénieusement aménagé pour qu’il puisse transporter des personnes.

Premières agences de voyage

AgenceEn même temps que le pays connaît trois décennies prospères, la société se développe au fil des nouvelles ramifications du réseau routier qui engendrait la création d’une ligne de transport public. A chaque nouvelle ligne un nouveau bus et un nouveau chauffeur embauché, aux côtés d’Émile Weber qui, lui aussi, tient le volant, tout comme son fils Fernand, qui entre dans l’entreprise en 1961, tout comme Erny Heinisch, qui épouse Colette Weber, fille d’Émile et sœur de Fernand.

Au début des années 70, l’entreprise compte environ 30 personnes et la fibre familiale y est très forte autour de Fernand et Erny et leurs épouses Charlotte et Colette. C’est cette dernière qui imagine un premier développement innovant avec l’élargissement de l’activité touristique, concrétisé par la publication de la première brochure de tourisme.

En toute logique, c’est sous l’étiquette d’Émile Weber que s’ouvre une des toutes premières agences de voyages du pays, exclusivement dédiée à cette activité et établie en plein cœur de la capitale.

À la fin des années 1970, alors que l’entreprise compte une cinquantaine de salariés – la majorité étant des chauffeurs – est alors embauchée la première personne extérieure à la famille qui occupera une fonction dans la gestion de l’entreprise: Carlo Beaumet, en charge des ressources humaines et des finances, qui restera finalement quatre décennies au sein de Voyages Émile Weber.

Innovations

Site ViewLa société se développe en continue et propose régulièrement des innovations sur son marché : la première remorque pour bus, en 1954 ; le premier bus articulé, en 1970 ; le premier bus adapté aux personnes à mobilité réduite, en 1979 ou encore le premier bus à deux étages, en 1986.

Côté tourisme, l’offre couvre des envies d’ailleurs de plus en plus variées, avec des prestations de plus en plus diversifiées, dans des agences de voyages de proximité que l’entreprise installe à travers le pays et dans la Grande Région, tout en élargissant son spectre aux voyages d’affaires.

Les représentants de la cinquième génération rejoignent l’entreprise familiale au fur et à mesure, chacun dans des départements différents en fonction de ses intérêts et spécialisations. De nouvelles agences ouvrent, de nouvelles lignes sont créées et la croissance, jusqu’alors organique, devient aussi externe, avec l’acquisition en 2002 d’une première entreprise de transport concurrente, les Autocars Pletschette, permettant à Émile Weber de renforcer sa présence dans le sud du pays. Les rachats de Voyages Simon-Tours à Pétange en 2014 et des Voyages Ecker en 2016 suivront, portant à plus de 1.000 le nombre de collaborateurs.

L’entreprise prend entre temps, en 2009, ses quartiers dans le nouveau site ultra-moderne Reckschléed, en périphérie de Canach, permettant de centraliser la mécanique, la carrosserie, les halls pour les bus et le bâtiment administratif, le tout dans un environnement basse énergie. Comme un symbole fort de la volonté permanente d’innover tout en conservant une forte tradition familiale et humaine, portée par des valeurs environnementales.

En témoigne l’acquisition de véhicules de nouvelle génération, hybrides et électriques. La ligne 305 du réseau RGTR, inaugurée en février 2018, est ainsi la première ligne entièrement électrique du Grand-Duché.

Lire plus

Créer des liens d’affaires entre le Maroc et le Luxembourg

26-10-2020

Le dernier-né du réseau de Luxembourg Trade & Investment Offices (LTIO), à Casablanca, a officiellement ouvert ses portes le 6 octobre dernier. Nous avons parlé au directeur, Atman Haloui, et à la responsable développement, Kenza Jouahri, de leurs priorités et du soutien offert aux entreprises luxembourgeoises et marocaines.
Lire plus

Promotion des exportations: soutien financier aux entreprises

19-06-2020

L'ODL – l’agence luxembourgeoise de crédit à l'exportation, est un établissement public qui offre de nombreux services pour aider les exportateurs luxembourgeois dans leurs activités internationales. Découvrez-le !
Lire plus

www.epi-covid19.lu : une plateforme Internet pour mettre en relation l’offre et la demande pour l’équipement de protection individuelle

18-04-2020

Afin de mettre en relation l’offre et la demande en matière d’équipements de protection individuelle produits et fournis par des entreprises luxembourgeoises, la plateforme www.EPI-COVID19.lu a été lancée par l’agence nationale de promotion de l’innovation, Luxinnovation, en collaboration avec l’équipe wedo.lu de la Fédération des artisans.
Lire plus

Business Partnership Facility: la 5e édition est ouverte!

03-03-2020

Le ministre de la Coopération et de l'Action humanitaire, Franz Fayot, et Carlo Thelen, CEO/ directeur général de la Chambre de commerce, ont lancé ce vendredi 28 février 2020, la 5e édition de la Business Partnership Facility (BPF) de la Coopération luxembourgeoise. L'appel à candidatures de l'édition 2020 de la BPF est ouvert jusqu'au 8 mai 2020.
Lire plus

«La digitalisation n’est pas un but en soi»

26-03-2019

Devant une trentaine d’entreprises réunies le jeudi 21 mars à Mamer, le producteur d’outils en carbure Ceratizit, 4e groupe mondial dans son secteur, a présenté quelques exemples de réalisations concrètes dans le cadre de projets «Industrie 4.0». Autant d’exemples d’excellence opérationnelle, thème de la rencontre du jour organisée par Resultance en partenariat avec la FEDIL et Luxinnovation.
Lire plus

Resources all news

Fermer